Au Quotidien

Faire du sport quand on est pressé

Vous aimeriez inclure du sport dans votre routine hebdomadaire mais vous n’arrivez pas à dégager le temps nécessaire? Pas de panique, certaines activités sportives sont express ou presque.

Parce qu’elle se vit souvent comme un nouveau départ, la rentrée apporte avec elle son lot de bonnes résolutions et de nouvelle organisation. Et pour beaucoup, le sport figure sur la check-list et c’est un peu le casse-tête pour trouver la routine sportive qui pourra être tenue toute l’année. Parce qu’entre le boulot, les enfants, les courses, le ménage, le linge, les amis, les parents et les sorties (la vraie vie en somme), ce n’est pas évident de se tenir à plus de deux entrainements par semaine. Heureusement, certains concepts peuvent facilement s’inclure dans le plus rempli des plannings.

 

L’Électrostimulation Active et Contrôlée

 

Allons droit au but: 20 minutes d’Électrostimulation Active et Contrôlée (rendue célèbre par la technologie Miabodytec) équivaut en terme de résultats physiques à 3h voire 3h30 de sport type cours de fitness ou autres circuits training. Ici, grâce à des électrodes placées sur des endroits stratégiques du corps pendant que l’on exécute des exercices et mouvements de sport , on va pouvoir travailler les 8 groupes musculaires en même temps, ce qui est plutôt rare en salle de sport à moins de prévoir plusieurs séances pour pouvoir solliciter chacun des muscles. Niveau intensité, la contraction volontaire engagée par les électrodes va jouer un rôle essentiel: Lors d’une contraction naturelle, on recrute 30% des fibres, alors qu’avec une contraction volontaire grâce à une stimulation électrique, on arrive à un recrutement des fibres à presque 80%. Avec une ou deux séances de 20 minutes par semaine, on peut se tonifier, renforcer ou éliminer sans que cela prenne beaucoup de temps. Attention cependant à choisir un studio où les coachs sont diplômés et où vous êtes deux maximum par session (C’est par exemple le cas chez la franchise Action Sport)

Le HIIT

Souvent mal défini alors qu’on ne parle pourtant que de lui, le HIIT est un format d’entrainement court et efficace. L’idée est de travailler sur des intervalles à haute intensité; à ne pas confondre avec « l’interval training » qui lui alterne les exercices mais sans jouer sur la notion d’intensité. Les phases de HIIT alternent des exercices réalisés sur une intensité maximale n’excédant pas 30 secondes, avec des phases de récupération devant durer le double de temps. En privant le corps d’oxygène le temps  des phases de HIIT, on produit une dette d’oxygène que le corps va chercher à récupérer après l’entrainement et donc en brûlant des calories. C’est ce qu’on appelle l’After Burn Effect, et qui rend le HIIT populaire: peu de temps d’entrainement pour un maximum de résultats. Attention par contre à bien faire du HIIT et pas du circuit training, de l’interval training ou même du Hight Volume, car le principe n’est plus le même. Certaines applications type Freelitics, ou cours de sport proposent ce format qui est censé durer au maximum du maximum 45 minutes, 20 à 30 minutes faisant tout à fait le job. Les cours de GRIT par exemple, proposés par Les Mills dans les salles de sport ayant la franchise, proposent un travail de HIIT.

La course à pied

Elle est simple à faire et ne prendra qu’une heure en tout et pour tout, sauf si vous souhaitez faire des sorties longues. Il suffit de chausser vos baskets et sortir de chez vous ou du boulot, et d’aller vous faire un petit circuit le long des quais, dans un parc, autour d’un square, au bord de l’eau, bref dans le coin le moins désagréable que vous trouverez. En comptant 10 minutes d’échauffement, entre 30 et 40 min de running, et 5 minutes de retour au calme, vous bouclez une séance en moins d’une heure. Après, il vous reste à compter le temps d’une douche et d’une mise en beauté si vous partez travailler derrière, ou que vous profitez de votre pause du midi (si votre travail a des douches à disposition, sinon il existe toujours des lingettes pour une petite toilette de chat, mais ce n’est quand même pas l’idéal quand on est rouge et transpirant. L’idéal reste quand même d’y aller le matin avant d’aller travailler, histoire d’être tranquille ensuite toute la journée et la soirée pour vous consacrer à d’autres priorités ou activités. Bien qu’il soit difficile de se lever, vous apprécierez de commencer votre journée avant que la maisonnée (et la ville!) ne se réveille, et saurez profiter de ce moment de calme et sérénité (même s’il est cardio!)

 

 

La collection solidaire Disney par TOMS

Avec sa mission « One for One », la société TOMS donne une paire de chaussures neuves à un enfant dans le besoin pour chaque paire achetée.

 

Une marque basée sur le don

C’est lors d’un voyage en Argentine en 2006 que Blake Mycoskie, le fondateur de TOMS, prend conscience des difficultés auxquelles sont confrontés les enfants grandissant sans chaussures, dont les familles sont trop pauvres pour leur en acheter. Il décide alors de leur venir en aide en créant TOMS, une société qui s’engage à faire don d’une paire de chaussures neuves à un enfant dans le besoin pour chaque paire de chaussures achetée.

Modèle disponible depuis le 19 juin

Avec cette mission de « One for One », la société  part du principe que tout achat a sa raison d’être. On est donc client, mais également bienfaiteur.  En gros on peut faire du shopping et avoir bonne conscience.

Modèle disponible à partir du 23 août

Grâce à ce concept, TOMS a pu faire don de  plus de 75 millions de paires de chaussures neuves aux personnes dans le besoin. S’inscrivant dans un programme de développement communautaire, les chaussures sont données dans les pays où elles sont fabriquées.

La collection capsule Disney

Et parce que les bonnes fées apparaissent souvent dans les Disney, TOMS a cette fois choisi  de puiser son inspiration dans les archives de la société du papa de Mickey.

Modèle disponible à partir du 19 juillet

Tout l’été, de jolies  paires d’espadrilles verront le jour, mettant à l’honneur les dessins originaux des personnages des films de Disney.  17 modèles de chaussures différents pour femme et pour petites filles avec Cendrillon, la Belle au Bois Dormant et Blanche-Neige sont donc attendus.

Pour une paire d’espadrilles pour femmes il faut compter entre 60 et 70€, et entre 45 et 50€ pour les enfants.

 

Comment organiser un « slunch » coupe du monde!

Faire de la place

En général devant un match de foot, surtout pour la coupe du monde, ça se lève, ça saute, ça se renverse dans le canapé, bref ça bouge dans tous les sens. Même si vous n’avez pas un grand salon, prévoyez de ranger tout ce qui est fragile, et de pousser les meubles au max pour que tout le monde soit bien installé et puisse se sentir assez libre de ses mouvements sans vous casser un vase. Canapé, pouf, coussins par terre, on arrive toujours à se débrouiller. Beaucoup d’entre vous seront probablement au bureau, mais rien ne vous empêche de proposer à votre chef de diffuser le match et de rassembler ses équipe, de préférence dans un grand open space ou salle de réunion.

Bien choisir ses invités

L’idée est quand même de passer un bon moment, donc autant trier ses invités sur le volet: on n’invite pas Mag qui en veut à mort à Julien qui court après Marion qui aime encore François. On évite les râleurs et les moralisateurs, on tolère les enfants mais les bien-élevés, et on bannit ceux qui auront envie de raconter leur vie: notre attention doit être portée sur les Bleus, à point c’est tout. Beaucoup d’entre-vous seront probablement au travail, et rien ne vous empêche

Crédit photo Friends

Préparer le  plateau repas

Autant les années précédentes on vous aurait conseillé de pencher pour des pizzas ou des hot dog, mais cette année nos Bleus ne joueront pas le soir, donc le concept de soirée on peut oublier. Cela dit, rien n’empêche de prévoir un « slunch » (contraction de « supper » et « lunch); ce concept de mi-goûter mi-dîner qui  le rendez-vous encore plus convivial et est plutôt facile à préparer: café, thé, chocolat, citronnade et bières (on parle de foot quand même), fruits et autres gourmandises sucrées, et cakes ou tartes salées, et le tour est joué!

Photo: compte Instagram martilicious_food

Se mettre dans l’ambiance

Qui dit soirée coupe du monde, implique qu’il y ait un décorum qui aille avec! Pour vous mettre encore plus dans l’univers, prévoyez des petits accessoires sympas qui feront leur petit effet: des lunettes aux couleurs de votre équipe, des drapeaux, des guirlandes (faciles à trouver dans les kiosques, grandes surfaces ou autres enseignes type Hema ou Little Extra) et du maquillage pour se dessiner un petit drapeau sur chaque joue.

Allez les Bleus!

Prévenir les voisins

Il est possible (surtout si votre équipe gagne), que vous fassiez un peu de bruit, alors n’hésitez pas à mettre un petit mot dans votre immeuble, dans vos locaux ou à prévenir vos collègues qui ne regarderont pas le match, qu’il est préférable d’anticiper avec un casque ou des boules quies. Mais surtout, amusez-vous!

 

Maman, salariée à plein temps, et triathlète!

Alexandra a la trentraine, est amoureuse, élève une adorable blondinette de 5 ans, occupe un emploi à plein temps, et prépare le Half Iron Man de Vichy pour fin août. Surhumaine? Pas forcément, mais plutôt passionnée et organisée.
Le déclic

Alors qu’elle comptait quelques marathons à son actif, Alexandra assiste l’année dernière à une conférence de Marine Leleu au Salon du running. L’athlète y parle de triathlon, et plus précisément de l’Ironman 70.3 appelé aussi le Half-Ironman qui consiste à parcourir 1,9km en natation, 90 km de vélo et 21 km de course à pied. La voir raconter son expérience avec autant d’étoiles dans les yeux pousse Alexandra à en faire son prochain défi. Dans un an, elle prendra le départ de l’Ironman 70.3 de Vichy.

Préparer un triathlon est exigeant.

L’entrainement

Habituée à effectuer 3 sorties par semaine de course à pieds, Alexandra a commencé à alterner avec des longueurs en piscine (avec une technique apprise sur vidéo) et à intégrer des sorties vélos.

Sur une semaine, elle arrive donc à 3 séances de natation, 2 sorties en course à pied, et 2 entrainements de vélo, ces derniers étant les plus difficiles et contraignants.

 

La clef de la réussite? L’organisation!

A t-elle eu envie de rejoindre un club de triathlon? Non, trop difficile pour cette maman de pouvoir se plier au planning exigeant des entrainements imposés.

En revanche, Alexandra a intégré avec joie la « team Compex » qui lui permet de bénéficier de conseils et de suivis, tout en étant stimulée par l’effet de groupe qui se retrouve sur certaines courses ou entrainements.

L’alimentation

La toute nouvelle triathlète avoue qu’avant de débuter l’entrainement, côté alimentation elle s’était plutôt laissée un peu aller.

Mais pour pouvoir tenir le rythme et adapter son corps aux séances, Alexandra a petit à petit donné la part belle aux protéines, limité les sorties, et choisi de se préparer une gamelle pour les déjeuners au bureau: oeufs, viande, poisson, légumes et fruits,  mais pas de pâtes ou de riz blanc. En revanche, une à deux fois par semaine elle s’autorise une pizza ou un fast food avec sa fille, histoire de ne pas être frustrée!

L’organisation

Le vélo est souvent le plus difficile.

Depuis quelque semaines qu’elle est entrée dans le gros de l’entrainement (l’Iron Man de Vichy ayant lieu le 25 août), Alexandra a du remonter son réveil pour pouvoir concilier séances de sport, vie de famille et travail.

Du coup, elle se lève à 5h du matin pour caser ses deux heures de vélo (avec un ravito) ou son heure de course à pieds, se douche et prend le petit-déjeuner avec sa fille qui se lève à 7h30.

Il est ensuite rapidement l’heure de la déposer à l’école et de filer au bureau en trottinette.

 

Triathlète oui mais maman avant tout

 

 

La pause déjeuner est réservée à la natation, et à 18h15 elle récupère sa fillette à qui elle consacre tout son temps jusqu’à 20h, avec le bain, les jeux et le dîner.

C’est d’ailleurs sur cette plage horaire là que son compagnon en profite pour lui aussi faire un peu de sport, avant que les amoureux profitent ensuite de leur soirée ensemble.

Certes, l’extinction des feux se fait à 23h maximum, mais se lever (très!) tôt permet à Alexandra de s’investir dans le sport tout en prenant le temps de profiter de ses proches.

Ses mots d’ordre pour se mettre au triathlon

L’envie, l’organisation, la régularité et la progression!!!

Alors, prêts à vous y mettre?

Vous pouvez retrouver Alexandra sur son compte Instagram Happy_tri_friend

 

 

5 documentaires Netflix à voir absolument

En manque d’idée de documentaires  exaltants, intenses ou passionnants? Voici notre top 5 sur Netflix.
13 novembre : fluctuat nec mergitur

Premier documentaire français de Netflix, cet objet exceptionnel revient à travers une quarantaine de témoignages sur la terrible soirée du 13 novembre 2015. De l’attentat raté au Stade de France à la tuerie du Bataclan, les rescapés racontent avec une minutie impressionante l’horreur. Réalisé par Jules et Gédéon Naudet (à qui l’on doit déjà le documentaire, New York : 11 septembre), ce documentaire de 2h48 heures prend aux tripes. Bouleversant et éprouvant, il offre tout de même des scènes de légèretés ahurissantes grâce aux souvenirs parfois loufoques des otages du Bataclan. A voir sans exception.

Dur, mais édifiant, pour ne jamais oublier.

Making A Murderer

C’est la série documentaire la plus regardée de Netflix ! Dans cet ovni de dix épisodes construit comme une série, Laura Ricciardie et Moira Demos ont tenté de percer le mystère de l’affaire Steven Avery. Filmé sur dix ans, Making a Murderer retrace l’histoire de ce citoyen américain qui a passé 18 ans en prison pour agression sexuelle avant d’être innocenté par un test ADN et qui va être accusé d’un homicide deux ans après sa sortie. Documentaire choc et sans consession, Making a Murderer est une véritable claque à ne pas mettre en toutes les mains. Le phénomène est tel que Netflix a commandé une deuxième saison du programme.

La série documentaire la plus regardée de Netflix.

 The Keepers

Qui a tué sœur Cathy Cesnik ? En 1969, la religieuse est assassinée dans de mystérieuses circonstances. 50 ans plus tard, deux anciennes élèves de la nonne poursuivent leur enquête pour faire éclater la vérité. Fouillée, cette série documentaire offre un vision plus large que le simple fait divers et soulève un scandale étouffée par l’église catholique américaine. Moins révulsants que Making A Murderer, les 7 épisodes de cette série documentaire sont maîtrisés et intriguant. Petit à petit, le réalisateur tisse sa toile pour mieux appréhender l’enquête. Attention, vous allez être happé !

Que cache le meurtre de Cathy Cesnik?

Gaga Five Foot Two

Oubliez les strass et les paillettes, zappez Lady Gaga et découvrez Stefani Joann Angelina Germanotta ! Dans ce documentaire, la star aux millions d’albums vendus dévoile un autre visage : torturée, depressive, en proie au doute, elle ne cache rien aux caméras qui l’ont suivi pendant l’enregistrement de son derner album « Joanne ». Une plongée ebouriffante, étourdissante dans l’intimité d’une superstar. Lady Gaga en ressort plus humaine et touche par son émotion à fleur de peau.

Découvrez le vrai visage de Lady Gaga.

 Icare

Seriez-vous capable de réaliser des performances d’athlétes de haut niveau si vous étiez dopés ? C’est la question de base de ce documentaire récompensé de l’Oscar en mars 2018. Pendant plusieurs semaines, Bryan Fogel, un cycliste amateur va booster ses performances grâce à des produits dopants. Un documentaire éditifiant qui – malgré lui – va prendre un virage hallucinant. En effet, le medécin russe qui va aider Bryan Fogel à se doper va être accusé d’être à l’origine du dopage de masse des sportifs russes. Un scandale mondial qui va exploser en plein tournage de ce documentaire qui va alors prendre des allures de thriller. Un documentaire au cœur d’une bombe internationale. Impressionnant.

Quand un scandale mondial éclate en plein tournage du documentaire.

Fabrice Midal ou la réhabilitation du bon narcissisme.

Vous cherchez le bonheur ? Devenez narcissique ! Et oui, vous avez bien lu! Dans son nouveau livre, « Sauvez-votre peau : devenez narcissique » paru chez Flammarion, Fabrice Midal réhabilite le bon narcissisme.

Après « Foutez-vous la paix », son précédent essai vendu à plus de 100 000 exemplaires, le philosophe et fondateur de l’école occidentale de méditation, récidive dans le registre de la provocation et nous dit : soyez plus narcissique ! A l’heure des selfies et des réseaux sociaux, on se dit que l’auteur est tombé sur la tête. Et bien, on a tord et il le démontre très bien, dans cet essai revigorant.

 

 

 

La réahabilitation de Narcisse

Selon Fabrice Midal, le mythe de Narcisse a été mal interprété.  Narcisse n’était pas, comme on a pu le lire, un bellâtre tellement épris de lui-même qu’il est tombé amoureux de son image. En réalité, lorsque Narcisse se regarde pour la première fois dans l’eau, il croit avoir affaire un inconnu et ne  ne se reconnaît pas.

Etre narcissique ou apprendre à se connaître

Etre narcissique, selon Fabrice Midal, c’est apprendre à se connaître, reconnaître ses talents et à s’aimer tel que l’on est.  Ce devoir moral de se connaître et de s’aimer est la clé de l’épanouissement.  Après tout, Narcisse ne se transforme-t-il pas en fleur à la fin de la fable ? L’équivalent d’une vraie renaissance !

Mais alors, si on suit le raisonnement de Fabrice Midal, il faut-il faire comme Kim Kardashian et Donald Trump ? Non, répond l’auteur, ne confondez pas vanité et narcissisme. D’ailleurs pour lui, la bimbo et le Président des Etats-Unis ne s’aiment pas vraiment et ne  sont, par conséquence, pas vraiment « narcissiques ». Au contraire, ils ont besoin de l’approbation constante du regard des autres pour aller bien.

 

Etre narcissique consiste à être l’auto-entrepreneur de soi.

Pour Fabrice Midal, être « narcissique » consiste à ne pas obéir aux injonctions de la société actuelle : course à la performance, effacement de la frontière entre vie public et vie privée, encouragement à être l’auto-entrepreneur de soi… Stop, nous dit l’auteur pour qui le burn-out est la maladie du siècle. Arrêtez de vous maltraiter et de vous auto-exploiter. Le pire est que c’est cette même société qui vous accuse d’être narcissique si vous prenez des selfies, alors que dans toute l’histoire de l’humanité, les puissants se sont toujours fait tirer le portrait.

Alors quoi, se mettre en valeur serait-il un privilège réservé à une élite ?

Si vous poster des photos de vos vacances sur Facebook, continuez et ne culpabilisez pas.

Et si vous ne vous aimez pas encore, devenez « narcissique », seule condition pour aimer son prochain !