Bouillon de Culture

Les Visit&Run de Camille

Et si on courait tout en se cultivant? C’est ce que propose Camille avec ses Visit&Run dans plusieurs grandes villes françaises. Rencontre.
Quel est le concept de ces Visit&Run?

Les Visit&Run sont des parcours de running thématisés qui se déroulent dans plusieurs grandes villes de France. L’idée est de faire découvrir la ville, ses richesses culturelles et ses histoires en courant! Comme on s’arrête régulièrement à des endroits clefs pour que je donne des explications et des informations, le niveau de course reste accessible au plus grand nombre.

Comment est né ce concept?

Lorsque j’ai débarqué à Paris pour mes études, j’avais peu de moyen pour faire du sport et j’ai choisi la course à pied. En général je courais autour du Canal Saint-Martin mais au bout d’un moment c’est devenu lassant. Du coup j’ai commencé à me préparer des parcours en repérant de jolis spots. Après mon stage j’ai eu besoin de me trouver un projet et j’ai ouvert un blog Visit&Run dans lequel je partageais mes parcours de running en France et à l’étranger avec des spots incontournables. Puis j’ai rencontré Julie la directrice de communication des restaurants Côme ,et nous avons monté ce projet de sport plaisir.

Quels types de thématique sont proposés?

J’ai par exemple déjà fait Le grand banditisme, le romantisme, le cinéma, les lieux hantés… et je propose également depuis peu des thématiques axées sur lécologie car c’est un engagement qui me tient à coeur.

Combien de temps de préparation cela demande t-il?

En tout il me faut environ 12h de travail en amont car cela demande énormément de recherches. Je me documente sur la thématique évidemment, mais ensuite il faut que je trouve des points clefs sur le parcours et que ce dernier passe par des rues accessibles et peu fréquentées.

Comment se déroule un Visit&Run?

L’accueil des participants (entre 10 et 15 personnes) se fait chez Côme, où chacun peut y déposer ses affaires et se changer. Nous partons ensuite pour un run de 7 à 8 km avec environ 8 points d’intérêt sur lequels nous nous arrêtons pour que je donne des informations. L’idée n’est pas d’être dans la performance, d’ailleurs tous les niveaux se côtoient. Puis nous retournons chez Côme où une collation est offerte.

D’autres projets à venir?

Je travaille sur la sortie d’un e-book reprenant les parcours et informations des Visit&Run précédents, ainsi que sur un moyen de les transmettre par audi guide.

Visit&Run: 15€ / ou sur donnation à une association (selon la thématique proposée)

Plus d’infos sur le blog Visit&Run

Les dinos à Paris: match des expos

Entre Jurassic World l’exposition et Un T.rex à Paris, les dinosaures ont investissent la capitale cet été. Mais quelle exposition choisir?
Jurassic World l’exposition,  pour s’émerveiller (et frissonner)

Si vous êtes fans des Jurassic Park et/ou Jurassic World, vous serez comme de vrais mômes lors de cette exposition. L’aventure commence dans première une salle qui, avec des hublots en guise de fenêtre,  se veut être le ferry  qui vous emmène à Isla Nublar. Passées les explications, à partir du moment où le thème musical des films Jurassic se fait entendre, vous allez complètement vous plonger dans l’ambiance et ne tiendrez plus en place lorsque vous passerez les portes du Jurassic World. Les règles de sécurité vous seront données, et les rangers sont près là pour redonner les instructions en cas de danger, car un dinosaure pourrait bien s’échapper!

Bienvenue à Jurassic World!

Plus vrais que natures, des dinosaures, pour certains hauts de 9 mètres, sont impressionnants de réalisme: brachiosaure, parasaurolophus, pachyrinosaure, et même raptor ont tous été modélisés en 3D à partir de vrais squelettes avant de se voir attribuer une trentaine d’axes de mouvements chacun. Mention spéciale au fameux T-rex, qui dans sa cage, avec sa (fameuse!) chèvre vous déclenchera quelques frissons!

Des dinosaures plus vrais que nature!

Le laboratoire Hammond où toutes les manipulations génétiques ont été faites, vous sera lui aussi accessible et sera l’occasion de voir d’adorables bébés dinosaures (on en oublierait presque que ce sont des faux).

Bref, si elle n’est pas donnée (21,90€ pour les adultes, 17,90 € pour les enfants), Jurassic World l’exposition vous redonnera ce sentiment d’excitation et d’émerveillement qu’un enfant peut avoir à Disneyland.

Exposition à la Cité du cinéma jusqu’au 2 septembre.

Un T.rex à Paris, pour vibrer et apprendre

Si Un T.rex à Paris regorge d’informations scientifiques et historiques résultant du travail minutieux et passionné des paléontologues, la super star de de cette exposition est bien l’incroyable squelette de T.rex. Avec ses 12 mètres de long, cette impressionnant carcasse intacte à 75% , est âgée de 67 millions d’années et impose le respect. La pièce où ce spécimen se trouve est volontairement sombre avec une lumière tamisée, ce qui rend le T-rex encore plus spectaculaire, et il est possible que vous ayez les poils qui se dressent et les larmes aux yeux en le découvrant.

un vrai T.rex à Paris!

Difficile de se dire que cette bête qui vivait il y a tant d’années soit en si bon état (enfin son squelette!) aujourd’hui. Comme quoi, les dinosaures n’ont rien à envier aux momies! La paléontologie a permis de comprendre que ce T.rex a réussi à vivre une trentaine d’année sans pour autant avoir la vie facile: car contrairement au Raptor, il était très lent, et les dinosaures qu’il pouvait chasser pour manger n’étaient certes pas des rapides, mais étaient munis de des piques sur le dos  ou des cornes! Du coup, T.rex se contentait  souvent de récupérer les restes de festin des autres. Dans le jargon, on qualifie T.rex d’opportuniste.

Une belle bête de 12 mètres de long!

Pour ceux qui ont des enfants ou des neveux, l’exposition propose de nombreux ateliers ludiques et informatifs très sympas, avec un prix plus raisonnable que la précédente (14€ pour les adultes, 9€ pour les enfants).

Exposition au Museum d’Histoire naturelle de Paris jusqu’au 2 septembre.

5 documentaires Netflix à voir absolument

En manque d’idée de documentaires  exaltants, intenses ou passionnants? Voici notre top 5 sur Netflix.
13 novembre : fluctuat nec mergitur

Premier documentaire français de Netflix, cet objet exceptionnel revient à travers une quarantaine de témoignages sur la terrible soirée du 13 novembre 2015. De l’attentat raté au Stade de France à la tuerie du Bataclan, les rescapés racontent avec une minutie impressionante l’horreur. Réalisé par Jules et Gédéon Naudet (à qui l’on doit déjà le documentaire, New York : 11 septembre), ce documentaire de 2h48 heures prend aux tripes. Bouleversant et éprouvant, il offre tout de même des scènes de légèretés ahurissantes grâce aux souvenirs parfois loufoques des otages du Bataclan. A voir sans exception.

Dur, mais édifiant, pour ne jamais oublier.

Making A Murderer

C’est la série documentaire la plus regardée de Netflix ! Dans cet ovni de dix épisodes construit comme une série, Laura Ricciardie et Moira Demos ont tenté de percer le mystère de l’affaire Steven Avery. Filmé sur dix ans, Making a Murderer retrace l’histoire de ce citoyen américain qui a passé 18 ans en prison pour agression sexuelle avant d’être innocenté par un test ADN et qui va être accusé d’un homicide deux ans après sa sortie. Documentaire choc et sans consession, Making a Murderer est une véritable claque à ne pas mettre en toutes les mains. Le phénomène est tel que Netflix a commandé une deuxième saison du programme.

La série documentaire la plus regardée de Netflix.

 The Keepers

Qui a tué sœur Cathy Cesnik ? En 1969, la religieuse est assassinée dans de mystérieuses circonstances. 50 ans plus tard, deux anciennes élèves de la nonne poursuivent leur enquête pour faire éclater la vérité. Fouillée, cette série documentaire offre un vision plus large que le simple fait divers et soulève un scandale étouffée par l’église catholique américaine. Moins révulsants que Making A Murderer, les 7 épisodes de cette série documentaire sont maîtrisés et intriguant. Petit à petit, le réalisateur tisse sa toile pour mieux appréhender l’enquête. Attention, vous allez être happé !

Que cache le meurtre de Cathy Cesnik?

Gaga Five Foot Two

Oubliez les strass et les paillettes, zappez Lady Gaga et découvrez Stefani Joann Angelina Germanotta ! Dans ce documentaire, la star aux millions d’albums vendus dévoile un autre visage : torturée, depressive, en proie au doute, elle ne cache rien aux caméras qui l’ont suivi pendant l’enregistrement de son derner album « Joanne ». Une plongée ebouriffante, étourdissante dans l’intimité d’une superstar. Lady Gaga en ressort plus humaine et touche par son émotion à fleur de peau.

Découvrez le vrai visage de Lady Gaga.

 Icare

Seriez-vous capable de réaliser des performances d’athlétes de haut niveau si vous étiez dopés ? C’est la question de base de ce documentaire récompensé de l’Oscar en mars 2018. Pendant plusieurs semaines, Bryan Fogel, un cycliste amateur va booster ses performances grâce à des produits dopants. Un documentaire éditifiant qui – malgré lui – va prendre un virage hallucinant. En effet, le medécin russe qui va aider Bryan Fogel à se doper va être accusé d’être à l’origine du dopage de masse des sportifs russes. Un scandale mondial qui va exploser en plein tournage de ce documentaire qui va alors prendre des allures de thriller. Un documentaire au cœur d’une bombe internationale. Impressionnant.

Quand un scandale mondial éclate en plein tournage du documentaire.

Soulager le mal de dos

 9 Français sur 10 souffrent de mal de dos et ont recours à des anti-douleurs. Dans leur ouvrage  « Soulager votre mal de dos sans médicaments », Sonia Martinez Reygaza et Alix Lelief-Delcourt expliquent comment s’en prémunir.

Souvent vécu comme une fatalité, le mal de dos est souvent laissé de côté en attendant qu’il passe, ou soulagé à coups d’antalgiques. Mais si cette douleur n’est pas traitée, elle peut rapidement s’installer et devenir chronique. Alimentation, pratique sportive, recours à différentes médecines parallèles, il existe plusieurs manières de traiter le mal de dos sans avoir recours à des médicaments et c’est ce que valorisent Sonia Martinez Reygaza, kinésithérapeute et ostéopathe, et la journaliste Alix Lelief-Delcourt. Et avant toute chose, la première façon de se prémunir du mal de dos est d’adopter les bonnes postures dans le quotidien, comme l’expliquent les auteurs.

S’asseoir correctement

A table ou en réunion, on a souvent tendance à croiser les jambes ou à s’avachir et c’est le meilleur moyen d’entrainer une lombalgie ou une sciatique. Il est donc très important de bien caler ses fesses au fond de la chaise et de garder le dos droit et les épaules alignées. L’idéal serait que vos hanches soient un peu plus hautes que vos genoux. Pensez à bien poser vos pieds au sol, largeur des hanches, et donc à ne pas croiser vos jambes.

Devant l’ordinateur

 

Qui n’a jamais ressenti de douleurs aux cervicales ou aux épaules, après une longue journée passée devant l’ordinateur? Pour éviter cela, il est recommandé de bien caler son dos contre le dossier de votre chaise ou fauteuil et de régler ce dernier afin que vos bras soient parallèles à vos cuisses lorsqu’ils sont posés sur le bureau. La hauteur de votre siège doit aussi être ajustée afin que votre regard soit horizontal lorsqu’il se porte sur le haut de l’écran. Enfin pour garder un bon alignement, votre visage doit être au minimum à 40 cm de l’écran et au maximum à 75 cm.

Au volant

Comme sur une chaise,  il est recommandé d’avoir les fesses bien calées au fond du fauteuil de votre voiture et le dos collé au dossier. Veillez bien à ce que votre nuque ne soit pas trop penchée en avant ou en arrière et que vos épaules soient détendues. Et si vous prévoyez des longs trajets, pourquoi ne pas essayer un couvre-siège en billes de bois? Ces dernières permettent un automassage qui décontracte le dos.

La bonne posture pour dormir

Dormir sur le ventre creuse le bas du dos et peut accentuer le risque de pincement lombaire. Essayez de dormir le plus possible sur le dos ou sur le côté mais en évitant la position du foetus qui arrondit trop le dos. Enfin ne dormez pas la tête à plat, et choisissez un oreiller qui vous permette d’avoir votre front aligné à votre menton.

 

 

Soulager votre mal de dos sans médicaments, Sonia Martinez Reygaza et Alix Lefief-Delcourt aux éditions Leducs.

Fabrice Midal ou la réhabilitation du bon narcissisme.

Vous cherchez le bonheur ? Devenez narcissique ! Et oui, vous avez bien lu! Dans son nouveau livre, « Sauvez-votre peau : devenez narcissique » paru chez Flammarion, Fabrice Midal réhabilite le bon narcissisme.

Après « Foutez-vous la paix », son précédent essai vendu à plus de 100 000 exemplaires, le philosophe et fondateur de l’école occidentale de méditation, récidive dans le registre de la provocation et nous dit : soyez plus narcissique ! A l’heure des selfies et des réseaux sociaux, on se dit que l’auteur est tombé sur la tête. Et bien, on a tord et il le démontre très bien, dans cet essai revigorant.

 

 

 

La réahabilitation de Narcisse

Selon Fabrice Midal, le mythe de Narcisse a été mal interprété.  Narcisse n’était pas, comme on a pu le lire, un bellâtre tellement épris de lui-même qu’il est tombé amoureux de son image. En réalité, lorsque Narcisse se regarde pour la première fois dans l’eau, il croit avoir affaire un inconnu et ne  ne se reconnaît pas.

Etre narcissique ou apprendre à se connaître

Etre narcissique, selon Fabrice Midal, c’est apprendre à se connaître, reconnaître ses talents et à s’aimer tel que l’on est.  Ce devoir moral de se connaître et de s’aimer est la clé de l’épanouissement.  Après tout, Narcisse ne se transforme-t-il pas en fleur à la fin de la fable ? L’équivalent d’une vraie renaissance !

Mais alors, si on suit le raisonnement de Fabrice Midal, il faut-il faire comme Kim Kardashian et Donald Trump ? Non, répond l’auteur, ne confondez pas vanité et narcissisme. D’ailleurs pour lui, la bimbo et le Président des Etats-Unis ne s’aiment pas vraiment et ne  sont, par conséquence, pas vraiment « narcissiques ». Au contraire, ils ont besoin de l’approbation constante du regard des autres pour aller bien.

 

Etre narcissique consiste à être l’auto-entrepreneur de soi.

Pour Fabrice Midal, être « narcissique » consiste à ne pas obéir aux injonctions de la société actuelle : course à la performance, effacement de la frontière entre vie public et vie privée, encouragement à être l’auto-entrepreneur de soi… Stop, nous dit l’auteur pour qui le burn-out est la maladie du siècle. Arrêtez de vous maltraiter et de vous auto-exploiter. Le pire est que c’est cette même société qui vous accuse d’être narcissique si vous prenez des selfies, alors que dans toute l’histoire de l’humanité, les puissants se sont toujours fait tirer le portrait.

Alors quoi, se mettre en valeur serait-il un privilège réservé à une élite ?

Si vous poster des photos de vos vacances sur Facebook, continuez et ne culpabilisez pas.

Et si vous ne vous aimez pas encore, devenez « narcissique », seule condition pour aimer son prochain !

Grey’s Anatomy : 5 leçons à tirer du personnage de Meredith pour rester fort.

Après plus de 300 épisodes, Grey’s Anatomy est aujourd’hui l’une des séries phares du petit-écran. Son héroïne, Meredith Grey est devenue une inspiration pour beaucoup. Voici les 5 leçons à tirer des aventures vécues par ce personnage pour ne pas flancher.
1. Trouver sa personne

Pour affronter les coups durs de la vie, les déceptions, les ratés, Meredith Grey peut compter sur le soutien infaillible de sa meilleure amie, de « sa personne » comme elle la surnomme. Avec Christina Yang, elle forme un binôme inséparable. Chacune veille sur l’autre, conseille l’autre, qu’importe les aléas de leur existence (le départ de Preston Burke dans dans la saison 3, la mort de Lexie Grey dans la saison , etc..), elles font front commun. La puissance de leur amitié réside dans leur capacité à se dire les choses. Qu’elles plaisent ou blessent ! Chacune élève l’autre, la pousse à être meilleure, à se surpasser. Et lorsque Christina décide de quitter Seattle pour la Suisse, leur amitié surpasse cette épreuve. Loin des yeux mais pas loin du corps. Lorsque Meredith enterre Derek dans la saison 11, Christina est à ses côtés. Quand elle remporte le tant convoité Harper Avery en saison 14, Christina l’appelle. La définition de l’amitié en somme.

 2. Ne jamais baisser les bras

De la mort de sa mère (saison 3) à celle de sa demi-sœur Lexie (saison 8) ou encore celle de son cher et tendre Derek (en saison 11), Meredith Grey a tout connu. Et surtout le pire. Et si beaucoup aurait baissé la tête et abandonné, ce ne fut pas son cas. Pour ses enfants, elle relèvera la tête après la mort de leur père. Sa force de caractère en fera une battante. Oubliez la fragile Mérédith des premières saisons, la chirurgienne respectée va se révéler au fil des années pour devenir une inspiration pour les nouveaux internes.

3. Le travail c’est bien, construire une famille c’est mieux

Ambitieuse, Meredith l’est ! Mais à la trentaine passée, la résidente en chirurgie va se retrouver à la croisée des chemins : privilégiée sa carrière ou sa vie de famille ? Alors que Derek la tanne pour agrandir leur famille, sa meilleure amie, elle, va faire le choix inverse : dire non aux enfants pour pouvoir progresser dans sa carrière. Meredith, elle, va faire un choix de cœur et adopter. Au final, elle est la mère de trois enfants (Zola,Bailey et Ellis). Et quand Derek va passer l’arme à gauche, elle ne se défilera pas. Inspirante, elle deviendra une mère forte, capable de jongler entre sa vie de famille et l’explosion de sa carrière. Au final, son choix va s’avérer payant. Meredith va devenir chef de chirurgie et mère accomplie. Un modèle.

4. Être une oreille attentive

Meredith est l’élément central de Grey’s Anatomy. Si la série porte son nom, ce n’est pas pour rien. Face aux tracas des résidents, chirurgiens et autres personnels hospitaliers, elle est la personne à laquelle les gens se confient. Oreille attentive, elle prodigue des conseils souvent suivis. Défend les causes qui lui tiennent à cœur. Protège ses amis (Izzie dans la saison 4, Jo Wilson dans la saison 14) et pousse même, à ses dépends, Nathan Riggs à revenir vers la première femme de sa vie dans le final de la saison 13.

 5. Se fixer des objectifs et les atteindre

La force de Mérédith rèside dans sa force de caractère. Obsédée par l’aura de sa mère dans les premières saisons, l’immense et très respectée Ellis Grey, l’interne va prendre confiance en elle au fur et à mesure des saions. Elle est désormais assez sur d’elle pour se faire confiance, se connaitre et se donner des objectifs réalisables. Dernier en date : remporter le tant convoité Harper Avery. C’est fait, elle le remporte lors du 300e épisode de la série diffusé dans la 14e saison.

(Crédits photos ABC)